الدولة والامة

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
صافولا
المديرة العامة
avatar

انثى
عدد الرسائل : 423
العمر : 32
الموقع : http://newway.nice-topic.com
العمل/الترفيه : فنانة تشكيلية
المزاج : متقلبة المزاج
بطاقة تعريف : سبحان الله وبحمده  سبحان الله العظيم
نقاط : 97
تاريخ التسجيل : 18/01/2008

مُساهمةموضوع: الدولة والامة   الأربعاء مارس 26, 2008 8:24 pm

الدولة و الأمة
هل يمكن أن نرفض طاعة القانون السياسي احتراما للقانون الأخلاقي؟
هل يمكن للفلسفة أن تفكرفي السياسي دون أن تتنكر لذاتها؟
هل تشاطر الرأي القائل أن السلطة شر لابدمنه؟
هل يمكن أن نؤسّس الحق على الطبيعة؟
هل يمكن لسلطة الحقيقة أن تستقل عنحقيقة السلطة؟
هل يحق لنا أن نواجه القانون؟
هل يمكن للعنف أن يكون علىحقّ؟
هل يحق لنا محاربة الظلم بالعنف؟
هل يكفي القانون لانتصار العق علىالعنف؟
هل أن العقل ناسل للعنف؟
هل يجب أن يكون لحق الاختلاف حدودا؟
هلتكفي الكفاءة لضمان الطاعة؟
قيل:"لا مجال لقيام أي تنظيم اجتماعي بدون سلطة."حلل هذا القول وناقشه مبيّنا موجبات السلطة والأسس التي يجب أن تقوم عليها.
هلأن العفو مناقض للحق؟
قيل:" منتهى العدل منتهى الظلم."ما رأيك؟
هل أن مطلبالعدالة لا يعبّر إلا عن غيرة المعدمين؟
هل أن ممارسة النفوذ تقترن ضرورةبالإفراط في السلطة؟
هل يمكن للسياسة أن تستهدف شيئا آخر غيرالنجاعة؟
قيل:"إن كل عنف يبرّر نفسه كعنف مضاد." تابع مشروعية هذا التبريربالتحليل والمناقشة في ضوء ما يسمى بالعنف الوقائي.
هل من تماثل بين تأسيس الحقعلى القوة وجعل الحق محترما بالقوة؟
هل ترى في العقاب القانوني ضربا منالعنف؟
هل تحقّ مقاومة العنف بالعنف؟
هل يجب أن نميّز بين القوّةوالعنف؟
هل أن اللجوء إلى القوّة علامة ضعف؟
هل يجوز أن نعلن الحرب باسم حقوقالإنسان؟
هل يمكن أن نقرّ بأنّ قوّة الدولة تصنع حرية المواطنين؟
هل يمكنللعقل أن يبرّر العنف؟
هل يمكن أن أكون إنسانا من دون أن أكونمواطنا؟
قيل:"ليس للفرد حقوق بل عليه واجبات." ما رأيك؟
هل يمكن أن نتحدّث عنحق طبيعي؟
هل يتأسس العقاب على فكرة الانتقام؟
ألا تكون الديمقراطية استبدادامن عديمي الكفاءة؟
ما معنى الكفاءة في السجل السياسي؟
ماذا تستخلص من هذهالعبارة العامية:"أنا لا أمارس السياسة."؟
هل تستثني الديمقراطية من لا يؤمنبالديمقراطية؟
هل من طبيعة الدولة أن تحدّ من سلطتها؟
ما قيمة التمييز بينالدولة والمجتمع المدني؟
هل يعد المجتمع المدني بمثابة قوّة مضادة لقوّةالدولة؟
هل يكمن واجب السياسي في الاستجابة للرأي العام؟
يقال:" الديمقراطيةمفهوم أخلاقي قبل أن تكون مفهوما سياسيا." ما رأيك؟
هل يمكن أن نوفّق بين الرغبةفي الأمن والرغبة في الحرية؟
هل لمنظومة حقوق الإنسان أساس فلسفي؟
هل منشرعية للقول:"الظلم الذي يسلط على فرد واحد يصبح تهديدا موجّه ضد الجميع."؟
هلهناك فارق بين دفاع المرء عن مصالحه ودفاعه عن حقوقه؟
الحق لا يتأسس على القوة ومع ذلك يبقى في حاجة إليها. بين دلالة هذا الإقرار و مدى وجاهته.
قيل:«لقد اخترعالناس الدولة كي لا يطيعوا الناس.» حلل هذا القول وناقشه مبيـّنا مدى أهمية قيامالدولة في الاجتماع الإنساني.
هل من تعارض بين تبني حقوق الإنسان والإقراربالسلطة؟
قيل : يبرر العنف دائما على أنه رد فعل على عنف الآخرين. حللوناقش
L'individu se réalise-t-il grâce à l'Etat ou contre lui ?
La guerre est-elle fatale ?
La vie en communauté met-elle en péril la personnalité de chacun ?
Les guerres sont-elles un effet de la nature des hommes ?
Un monde humain sans affrontement est-il pensable ?
Une société sans conflits est-elle possible ? Est-elle souhaitable ?
Y a-t-il une opposition entre la personne et la société ?
A quoi servent les lois ?
Faut-il défendre le faible ?
L'Etat est-il plus à craindre que l'absence d'Etat ?
Le lien social est-il naturel ou conventionnel ?
Le rôle de l'utopie en politique.
Pourquoi défendre le faible ?
Pourquoi écrit-on les lois ?
Une société sans droit est-elle concevable ?
Une société sans familles est-elle concevable ? Serait-elle morale ?
Tout pouvoir s'accompagne-t-il de violence ?
L'Etat est-il l'ami ou l'ennemi de l'individu ?
En quel sens le droit est-il une force ?
Est-ce la même chose de faire respecter le droit par la force que de fonder le droit sur la force ?
La transgression des interdits constitue-t-elle un retour au chaos ?
Le droit a-t-il pour fin d'abolir la violence ?
Les sanctions de la lois ont-elles une violence comme une autre ?
Est-il juste de combattre la violence par la violence ?
La force et la violence ont-elles même origine et même but ?
La violence se distingue-t-elle de la force ?
Le recours à la force peut-il être une marque de faiblesse ?
Tout ordre institué est-il une violence ?
La référence aux contraintes économiques est-elle, dans le gouvernement des hommes, autre chose qu'un alibi ?
La guerre est-elle absurde ?
La guerre est-elle la suspension de toutes les lois ?
Peut-on faire la guerre au nom des droits de l'homme ?
Y a-t-il des guerres justes ?
La politique n'est-elle que la continuation de la guerre par d'autres moyens ?
Le droit est-il l'oeuvre de la raison ?
Peut-on affirmer que la force de l'Etat fait la liberté des citoyens ?
Crise et progrès s'excluent-ils toujours l'un l'autre ?
Est-on fondé à parler de «révolutions» dans l'histoire humaine ?
La violence a-t-elle un rôle dans l'histoire ?
Peut-on tout changer ?
Quand peut-on parler de révolution ?
La liberté politique se réduit-elle au pouvoir de vivre tranquillement ?
Le pouvoir de l'Etat vous apparaît-il comme une contrainte ? Si oui, qu'est-ce qui, selon vous le justifie ?
Le pouvoir politique a-t-il pour fonction d'assurer l'ordre ?
Faut-il préférer la révolte à la résignation ?
L'Etat n'impose-t-il l'obéissance que par la force matérielle ?
L'ordre politique exclut-il la violence ?
La propagande politique est-elle obstacle à l'exercice de la démocratie ?
La violence est-elle un mal absolu ?
La violence porte-t-elle toujours atteinte à la liberté ?
Peut-il être moral de tuer aujourd'hui pour ne pas tuer demain ?
Peut-on faire la paix ?
Qu'attend-on de l'Etat : qu'il assure notre bonheur ou qu'il garantisse notre liberté ?
Que pensez-vous de cette remarque d'un sociologue contemporain: «la violence n'est pas la solution d'un problème. Elle est elle-même un problème» ?
Que veut-on dire quand on affirme: «Ceci est mon droit» ?
Auguste Comte affirme: «l'individu n'a pas de droits, il n'a que des devoirs». Que veut-il dire ? Est-ce vrai ?
Peut-on concevoir un droit sans un devoir correspondant ?
La nature a-t-elle des droits ?
Le droit est-il toujours fondé ?
Peut-on parler de droit naturel ?
Sur quoi fonder la justice ?
Y a-t-il des fondements naturels de l'ordre social ?
La véritable injustice est-elle dans l'injuste répartition des richesses ou dans l'usage injuste que beaucoup de riches en font?
L'idée de pauvreté se réduit-elle à une catégorie économique ?
La propriété est-elle un droit ?
La satisfaction des besoins économiques est-elle un obstacle à la satisfaction des valeurs morales ?
Le progrès économique suffit-il à assurer la paix entre les peuples ?
Est-ce au peuple qu'il appartient de faire les lois ?
La démocratie n'est-elle que la tyrannie de l'incompétence ?
La politique est-elle affaire de spécialistes ?
Qu'est-ce que la compétence en matière politique ?
Comment un homme devient-il un citoyen ?
Etre citoyen, est-ce un droit ou un devoir ?
Qu'est-ce qu'être citoyen ?
Quelles réflexions vous inspire cette opinion courante: «moi je ne fais pas de politique» ?
Faut-il distinguer le citoyen dans l'Etat et l'individu dans la société ?
L'homme et le citoyen.
En quel sens peut-on dire que l'homme est un «animal politique» ?
Est-ce par le renversement des lois que s'exprime la liberté ?
La démocratie consiste-t-elle à demander l'avis de chacun sur tout ?
Le gouvernement par le peuple signifie -t-il nécessairement la liberté ?
Une démocratie véritable est-elle nécessairement une utopie ?
Peut-on légitimement comparer la société à un organisme vivant ?
Quelles réflexions vous suggère cette pensée de Marc-Aurèle: «Ce qui n'est pas utile à l'essaim n'est pas utile à l'abeille non plus» ?
Le bonheur dépend-il du régime politique sous lequel on vit ?
Peut-on tout attendre de l'Etat ?
Est-il de la nature de l'Etat de limiter son pouvoir ?
Pour limiter le pouvoir de l'Etat, peut-on s'en remettre à l'Etat ?
Faut-il accorder le moins possible à l'Etat ?
L'Etat est-il un mal nécessaire ?
La personne humaine est-elle au service de l'Etat ou l'Etat au service des personnes ?
La puissance de l'Etat est-elle condition de l'harmonie sociale ?
Y a-t-il un sens à affirmer que tout est politique ?
A quelles conditions une autorité est-elle légitime ?
L'Etat a-t-il pour but de maintenir l'ordre ou d'établir la justice ?
La légitimité fonde-t-elle la légalité ?
La recherche du bien commun est-elle le fondement et la limite des droits de l'Etat ?
La révolte peut-elle se réclamer de la justice ?
Le devoir du politique est-il de donner satisfaction à l'opinion publique ?
Le rôle de l'Etat est-il de faire régner la justice ?
On a dit que la démocratie n'était pas seulement un concept politique, mais que c'était avant tout un concept moral. Qu'en pensez-vous ?
Quelle peut-être la force de la loi ?
Faut-il refuser toute liberté aux ennemis de la liberté ?
Jusqu'à quel point y a-t-il antagonisme entre liberté et sécurité ?
L'Etat est-il l'ennemi de la liberté ?
L'Etat peut-il assurer à la fois la liberté et la sécurité des individus ?
L'Etat restreint-il la liberté individuelle ?
L'intérêt de l'Etat coïncide-t-il avec le bien commun ?
Le désir de sécurité et le désir de liberté sont-ils conciliables ?
Le respect de la loi est-il réductible à l'intérêt bien compris ?
Le respect du droit est-il pour la liberté une garantie ou un obstacle ?
Peut-on concevoir un pouvoir juste ?
Peut-on placer l'intérêt de l'Etat au-dessus de la vérité ?
Peut-on se prémunir contre l'arbitraire ?
Peut-on subordonner les Droits de l'homme à la raison d'Etat ?
Quels sacrifices l'Etat est-il en droit de nous demander ?
En quel sens peut-on parler des droits de l'homme ?
Faut-il affirmer les «droits de l'homme» et pour quelles raison ?
On parle des «droits de l'homme». Cette notion a-t-elle un fondement philosophique ?
Peut-on concevoir les droits de l'homme indépendamment des droits du citoyen ?
L'homme n'a-t-il que les droits que lui donnent les lois de son pays ?
Que vaut l'idée d'un droit international ?
Quel rapport le politique entretient-il avec la morale ?
La morale relève-t-elle de la compétence de l'Etat ?
La politique est-elle morale ?
La politique peut-elle recevoir son principe de l'éthique ?
Le politique est-il en droit de faire abstraction de la morale ?
Les décisions prises à la majorité sont-elles nécessairement justes ?
La politique est-elle une science ou un art ?
Vivre en société, est-ce seulement vivre ensemble ?

**********************************
فى ناس تنام باكيه عنيها
وناس تبكى العين عليها
وناس مخلوق الدمع ليها
..............
فى ناس على القلب تفوت
وناس القلب فيها يموت
وناس جرحتنا فى سكوت
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
معاينة صفحة البيانات الشخصي للعضو
 
الدولة والامة
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى